Pèlerinage à Notre Dame de la Salette


Le 19 septembre 1846, deux enfants disent avoir rencontré une "Belle Dame" dans les alpages où ils faisaient paître leurs vaches, au dessus du village de La Salette. Maximin Giraud a 11 ans et Mélanie Calvat 14 ans.
Elle leur confie alors un message de conversion, pour "tout son peuple".

C'est ce message que l'aumônerie catholique Hmong a choisi de faire découvrir à la communauté.

C'est donc du 09 au 13 Août 2018 que les Hmong catholiques de France se sont retrouvés le temps d'un pèlerinage au sanctuaire de Notre Dame de La Salette.

Sur tout le temps du pèlerinage, nous étions au plus fort à 80 personnes dont un tiers des participants sont des jeunes.

Quelques mots et des images du pèlerinage...

Le Sanctuaire, immortalisé par notre pèlerin, marcheur matinal

La Salette aussi a son eau miraculeuse...


Notre groupe est accueilli par le père Faly, vice-recteur du sanctuaire

Sur le lieu de l'apparition, père Faly nous a conté le récit de cette apparition.

Par la suite, Père Jean-Paul nous a éclairé sur les 7 sacrements. Puisque nous étions 70 ce soir là, nous avons été répartis en 7 groupes, chacun étant un groupe de réflexion sur l'un des sacrements. Chacun de ces groupes a mis en commun ses idées afin de les partager aux autres.





Dans le programme préparé par le bureau de l'aumônerie, une session de formation a été planifiée.
le thème : "la transmission de la foi"
Formation dispensée par le père Faly : très enrichissant !

Pendant que les parents se forment, les jeunes préparent de leur côté, en toute autonomie et avec beaucoup d'application, des croix pour la célébration de la messe hmong. Chacune d'elle est destinée à une "famille" du groupe.


Les oeuvres de nos jeunes : bougeoirs pour la messe, porte-clé et croix à offrir aux familles
Notre groupe a pris le chemin de croix du sanctuaire, mené par Soeur Sophie, responsable de l'accueil et l'animation des jeunes et tout petits sur le sanctuaire. 
Pendant la procession, nos enfants ont été joyeusement mis à contribution en portant à tour de rôle la croix en bois confiée par Soeur Sophie. 



Même les plus petits portent ensemble la croix, dans une marche silencieuse...


Notre marche se termine au pieds de la croix du sanctuaire 


Le jour suivant, nous sommes descendus à "Corps", village des deux enfants Maximin et Mélanie, témoins de l'apparition de la Vierge. La visite est entièrement guidée par Soeur Sophie, religieuse du sanctuaire.

Après un tour dans la maison des parents de Mélanie, un passage autour de ce qui fut la maison de Maximin, nous sommes allés nous recueillir sur la tombe de Maximin dont le corps repose à Corps, et le coeur dans le choeur de la basilique du sanctuaire.
Notre visite se termine aux Ablandins, une halte dans la maison du patron de Mélanie.





Aux Ablandins

" La mission des bergers est finie, celle des membres de l’Église commence ! "

Nous avons assisté à la messe suivie de la procession aux flambeaux. Durant cette procession, notre communauté a été invitée par le père Faly à prendre pleinement part à la prière dans notre langue. C'est dans notre langue, au milieu des autres communautés que le chapelet est dit. L'instant était vibrant pour nous.



Notre groupe au pieds de la Vierge

Le dernier jour, nous avons célébré la messe à la chapelle "de la rencontre" avec notre prêtre accompagnateur : Père Jean-Paul.




Le bureau de l'aumônerie remercie toutes les familles qui nous ont fait confiance et se sont inscrites avec leurs enfants pour partager ensemble des moments de fraternité, à l'écoute constante du message porté par les frères, pères et religieuses missionnaires de la Salette.

Le bureau de l'aumônerie remercie aussi tous les jeunes et petits qui se sont pleinement investis dans les responsabilités qui leur ont été confiées pendant ces quelques jours.
Ils n'ont ménagé ni leur temps, ni leurs efforts pour un sourire contre une croix
et pour rendre notre célébration vivante et renouvelée !

Merci !

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *


Témoignage de Mme Yaj Nom-Neeb une pèlerine (Joanne Yang)  

                                 
"Notre Dame de la Réconciliation"

1846 : Apparition de la Vierge Marie à Maximin (11 ans) et Mélanie (15 ans), deux enfants bergers sur les montagnes du département de l’Isère, la commune de la Salette-Fallavaux. Sur ce lieu d’apparition a été construite une basilique et le sanctuaire pour pouvoir y accueillir les pèlerins. Le corps de Maximin repose au cimetière de Corps et son cœur dans la Basilique du sanctuaire. Il est mort à 40 ans. Mélanie est décédée à Altamura en Italie à l’âge de 74 ans.

Pèlerinage des communautés hmong en lien avec l’aumônerie hmong de France du 9 août au 13 août 2018 à Notre Dame de la Salette. Nous étions près de 80 personnes (environ de 80 ans à 2 ans) venues de Caen, de Metz, de la région de Rennes, Paris, Orléans, Bourg-en-Bresse, Lyon, Grenoble, Carpentras et de la Guyane française ainsi que deux couples ( Marie-Paule et Henri Charrier et la sœur et le beau-frère de Marie-Paule ) qui sont les proches du père René Charrier. Pour tous c’était la première fois que nous allions sur ce lieu de pèlerinage.

De la communauté hmong d’Orléans, nous étions 13 personnes dont 9 adultes et 4 jeunes de 17 ans, 16 ans, 15 ans et 11 ans.

Monter sur les routes serpentant les montagnes avec la peur au ventre pour ceux sujets au vertige et l’émerveillement sûr pour les autres dans l’attente fébrile de découvrir ce lieu encore mystérieux pour nous.

Ce que chacun savait d’avance au fond de son cœur est que nous allions à la rencontre de Marie, notre Mère à tous. La pluie qui avait fait route avec nous toute la journée alourdissait notre fardeau reposant sur nos épaules et nos cœurs, vulnérables et en quête de vérité.

Après un long voyage, les premiers attendant les derniers arrivés sur le lieu, le repos s’imposait pour une bonne nuit de sommeil.

Et là au petit matin, c’est l’émerveillement, la joie qui exultait du plus profond de notre être devant le spectacle magnifique du paysage qui s’offrait à nous ! La montagne dans toute sa splendeur, création divine depuis la nuit des temps, elle nous élevait au plus près des cieux pour toucher presque les nuages se baladant ici et là dans ce ciel bleu si pur. On avait l’impression que Dieu était juste là, qu’on allait l’entendre comme lui entendrait nos demandes de pénitence… Les cœurs pleuraient dans un silence religieux devant une telle beauté de la Nature. Cette joie qui gonflait notre poitrine avait fait installer la paix balayant sans scrupules tous nos soucis du quotidien. Nos cœurs ont entendu l’appel de Marie. Maintenant c’est à chacun de prier et méditer pour recevoir et comprendre le message que Marie veut apporter à chacun de nous qui avions gravis la montagne pour la rencontrer.

Il y avait un prêtre et une religieuse qui étaient nos guides pendant le séjour pour nous aider à connaitre et à comprendre sur le plan historique, social et religieux ( projection de film) l’apparition de Marie à deux enfants pauvres et sans instructions, originaires du village de Corps, situé plus bas sur la montagne en 1846.

Au fil des heures et des temps de partages sur ce lieu saint, des liens se sont tissés entre les pèlerins hmong qui ne se connaissaient pas pour la grande majorité. Pour la grande joie et stupeur de certains, ils se sont découvert des liens de famille.

Les actes qui renforcent et marquent notre foi sont la prière avec les autres pèlerins venus d’ailleurs, la célébration eucharistique et aussi une messe en hmong avec le prêtre référent ( père Jean-Paul Havard) de l’aumônerie hmong qui a ému beaucoup de pèlerins hmong en prononçant quelques phrases en hmong. Il y a eu aussi un enseignement sur les sacrements par père Jean-Paul. Des groupes se sont constitués pour un temps de réflexion qui a permis un échange enrichissant pour tous. Un autre enseignement fait par le prêtre guide ( père Faly, originaire de Madagascar et vice-recteur du sanctuaire de la Salette) sur la transmission de la foi. Il nous a appris que la famille est avant tout un lieu de protection et qu’elle est une « église domestique ». Les enfants et les jeunes adolescents ont pris part à des activités manuelles sous l’œil et les conseils de sœur Sophie ainsi que de plusieurs mamans hmong ; Ils ont pris le temps de peindre des croix en bois, des portes clés et des portes bougies qui ont été remis aux familles pèlerines. Les pèlerins hmong ont aussi vécu la procession mariale avec tous les autres pèlerins et ont été appelés à prendre place pour des chants en hmong ( Notre Père et deux chants à Marie). Tous ces chants, ces prières de nuits comme de jours nous donnaient l’impression d’être une église à ciel ouvert, les yeux et le cœur tournés vers la croix du Christ, plantée sur le sommet de la montagne comme au mont Golgotha et tournés vers le créateur tout puissant.

Grâce à ces temps d’enseignement, de visites guidées au village de Corps où repose le corps de Maximin et où se trouvent sa maison et celle de Mélanie, ainsi que le village des « Ablendens » où se trouve encore la maison du patron de cette dernière, nous prenions peu à peu conscience du message de la « Belle Dame » apparue aux enfants. Nous étions comme ces deux enfants, encore ignorant de tout ce qui pourrait nourrir et fortifier notre foi, comme eux il nous faut apprendre à prier matin et soir dans notre vie de tous les jours.

Oui, nous nous sentons revivre et revigorés par l’air de la montagne, par les prières et les partages. Le cœur de Maximin repose dans la basilique du sanctuaire et c’est ce qui rend vivant ce lieu saint. Marie, la « Belle Dame » nous a soulagés de nos fardeaux et nos prières soulagent celui de son Fils le Christ, mort et crucifié pour nous sauver de nos pêchers. En venant sur ce lieu de pèlerinage, les larmes de la « Belle Dame » apparue en pleurs nous ont consolés de nos épreuves et surtout nous ont aidé à être en marche vers la réconciliation d’abord avec soi-même puis avec ceux qui nous entourent, ceux qui nous aiment et que nous aimons ou ceux qui nous aiment moins ou que nous aimons moins et surtout avec Dieu. Dans les moments difficiles que nous traversons, notre nature humaine prend souvent le dessus et nous avons tendance à chercher un fautif sur qui nous pouvons jeter notre dévolu ; Dieu EST pour nous donner la force d’avancer et de traverser les épreuves que la vie met sur notre route. Notre vie, c’est nous qui en faisons le choix pour l’embellir. Notre vie est un chemin que nous seuls pouvons décider de mettre sur les pas du Christ.

Les plus jeunes sont repartis avec un souvenir fait de leurs propres mains qui leur rappelleront qu’ils ont contribué à nourrir la foi des uns et des autres et qu’ils ont essayé de découvrir leur propre foi à leur rythme. Pour les adultes et les seniors qui étaient arrivés avec leurs doutes, leurs préoccupations, leurs maux, ils repartent avec ce sentiment d’apaisement qui a élu domicile dans leur cœur…

Pour notre dernière soirée au sanctuaire, chaque pèlerin a pu prendre la parole pour exprimer, certains avec émotions d’autres avec humour, leur démarche de foi. C’est une bonne expérience aussi que d’oser prendre la parole en public pour parler soit en hmong soit en français. Ainsi chacun a pu prendre une miette de témoignage de l’autre pour enrichir son parcours de foi.

Il y a bien d’autres miracles à découvrir sur ce lieu d’apparition de la Vierge Marie. Ecoutez l’appel de la « Belle Dame » et allez vous ressourcer à la source de ses larmes ! Elle vous attend… Merci à Notre Dame de la Salette.

Un grand merci pour le travail logistique de la part de l’équipe de l’aumônerie hmong de France sous la coordination de Paul Cho YANG. Ce fut un travail de longue haleine pour en arriver à un si beau résultat de constatation et de satisfaction pour chacun des pèlerins hmong.

Kev sau siab Niam Mab Liab nyob La salette


1846 : Niam Mab Liab tshwm sim rau Maximin (muaj 11 xyoo) thiab Mélanie (muaj 15 ans), yog ob tug me nyuam zov nyuj thiab tshis rau saum cov roob nyob lub xeev Isère, lub zos La Salette-Fallavaux. Nyob ntawm thaj chaw uas Niam Mab Liab tshwm sim no lawv tsa tau ib lub tsev teev ntuj loj thiab ua tau ib cov chav tsev txais cov neeg tuaj sau siab. Maximin lub cev lawv muab zwm rau lub zos txias nyob tom Corps hos nws lub plawv lawv muab zwm rau hauv lub tsev teev ntuj raws li nws cov lus tau hais tseg cia. Thaum nws tag sim neej nws muaj 40 xyoo. Mélanie mus xiam rau lub zos Altamura nyob rau teb chaws Italie thaum nws muaj li 74 xyoo.

Zoo siab tias xyoo no lub hauv paus ntseeg « aumônerie hmong de France » tau npaj ib lub caij sau siab pub rau peb cov hmoob ntseeg rau hnub tim 9 lub 8 hli 2018 mus txog hnub tim 13 lub 8 hli 2018 no.

Lub chaw mus sau siab yog nyob rau puag saum roob uas yog thaj chaw Niam Mab Liab nws los tshwm sim rau Maximin thiab Mélanie tau pom thiab tau hnov nws cov lus.

Thaj chaw no yog ib thaj chaw zoo nkauj heev vim yog nyob siab siab saum roob. Lub caij sau siab no yuav qhia tau ntau yam pab peb tus kheej.

Yam ib, yog los ntawm cov roob uas lawv tsa tau lub tsev teev ntuj nrog cov chav tsev txais cov neeg tuaj sau siab tau pw. Lub chaw sau siab no cia li txawb saum lub roob zoo li nyob tau ze ze Tswv Ntuj cuag li peb twb yuav hnov Tswv Ntuj hais lus rau peb thiab cuag li nws twb yuav hnov peb cov lus thov zam txim. Yus mloog tau zoo li yus nce lub roob ev rawv yus tej kev nyuaj siab thiab tej kev txhaum, ib yam li yog yus ev yus tus ntoo cuam kom mus cuag Tswv Ntuj kom yus tau txais nws txoj kev hlub. Zoo li thaj chaw thiab cov huab cua no pab ntxuav tau peb tej siab ntsws kom peb lub siab qhib txais tau txhua yam Niam Mab Liab xav pub rau peb.

Yam ob, yog los ntawm Niam Mab Liab tshwm sim lub kua muag ntws si rau ob tug me nyuam pom thiab hnov nws cov lus cev rau nkawv kom los qhia rau neeg ntiaj teb paub tias yuav tsum hloov siab hloov ntsws tig los teev hawm Tswv Ntuj tib leeg xwb. Kom yus yuav tau hloov yus lub siab thiab kho yus tus kheej kom zam tau yam ua rau yus mob siab rau lwm leej lwm tus thiab kom tig los nyob ze Tswv Ntuj. Txoj kev zam no thiaj li yog yam ua kom yus tau txais txoj kev thaj yeeb nyob hauv siab puv npo. Tsis tas li muaj txiv plig Jean-Paul Havard uas yog tus txiv plig saib txog peb pawg ntseeg hmoob nyob fab kis teb los qhia txog 7 lub cim nyob hauv kev ntseeg kas tos liv. Thiab muaj tus txiv plig Faly uas yog neeg txawv teb chaw nyob Madagascar, nws yog tus loos (lwm tswj) nrog saib xyuas cov hauj lwm nyob thaj chaw teev ntuj no, nws kuj tau los qhia ib cov lus tseem ceeb hais txog yuav ua li cas thiaj li qhia tau txoj kev zoo txoj kev ntseeg pub rau tej me tub me nyuam lawm yav tom ntej. Peb kawm tau tias yus lub khauv khuas los puas yus tsev neeg, yeej yog zoo li thawj lub chaw uas yus ua niam ua txiv yuav tau cob thiab qhia teev hawm Tswv Ntuj rau tej me nyuam. Zoo li yus yog niam yog txiv yus xub cog lub noob nplej ntseeg nyob hauv tej me tub me nyuam lub siab lawm. Lawv loj hlob los lawv mam li yog tus xaiv lawv txoj hauv kev. Tsis tas li muaj ob peb tug niam tsev nrog rau tus phauj fab kis Sophie lawv tau coj thiab saib xyuas txog cov me nyuam tuaj koom sau siab ; cov me nyuam los rau cov hluas lawv tau thas xim rau ib cov ntoo cuam yuav rov muab rau txhua txhua yim neeg ntseeg hmoob tuaj sau siab. Thiab lawv tau puab ib daim pob zeb lawv muab thas kom zoo nkauj rau lawv thiab thas ib cov me nyuam ntoo cuam dai yawm sij thiab ib cov me nyuam khob tau tso tswm ciab rau. Cov me nyuam lawv tau kawm ntau yam nyob hauv txoj kev ntseeg los ntawm los ob txhais tes.

Yam peb, yog  txhua yam peb tau hnov tau kawm thiab koom ntawm thaj chaw sau siab no yog kom yus txawj coj los xav kom ciaj ua ib tsob tshuaj kho tau peb lub tswv yim kom hloov thiab pom mus deb, kom kho tau peb lub siab ntshaw no txawj tig rov los npuab txoj kev ntseeg, kom kho tau peb ntse nyob hauv txoj kev ntseeg, kom peb lub siab loj tsis txhob lam mus ntshai ub ntshai no peb lub peev xwm thiaj li tawm tau los kom muaj kev haum xeeb nrog yus pab yus pawg thiab nrog koom lwm haiv neeg ntseeg. Yam no yog yam yuav nyuaj tshaj kawm ua kom tau. Tiam sis yog sawv daws twb tuaj pom thaj chaw ntshiab no, yog sawv daws twb tau hnov cov lus qhuab qhia no, sawv daws yuav tau kub siab tiag muaj kev koom teev ntuj thiab kawm cov suab nkauj teev ntuj hmoob, cov suab qub los rau cov suab tawm tshiab no hu si. Yog thaum lwm haiv neeg ntseeg lawv pom thiab hnov peb cov suab nkauj teev ntuj lawm mas lawv thiaj li yuav pom qab txhawb thiab cia peb los koom suab nkauj teev ntuj nrog lawv. Peb koom tau lawv thiab peb yoog tau lawv mas peb thiaj li zoo li ib tsev neeg ntseeg tiag tiag teev hawm tib tug Huab Tais Ntuj.

Tshuav ntau yam tiam sis Niam Mab Liab tseem tos txog nej txhua leej txhua tus kom mus ntsib tau nws nyob pem roob, nws mam li qhia tau rau nej tus kheej paub txog. Yog nej mus thiab nej qhib siab txais tos nws mas nws yeej yuav los ua tau ib yam tshwm sim los pub rau nej.

Lub caij sau siab txhawb sawv daws los xyaum hais lus, los hais yam yus tau khaws coj mus pab yus tus kheej thiab yus tsev neeg. Thaum yus ntseeg lawm, yus tsis nco txaj muag tias yus ntseeg, yus yuav tau xyaum los hais yus cov lus ntseeg coj los qhia rau lwm cov kom pab tau lawv thiab. Yog li no peb cov ntseeg tuaj mus sau siab txawj hais tau ib cov lus zoo heev tau txhawb sawv daws lub zog tuaj txog ib zaug ntawv lub roob La Salette no. Tej tug hais tau nrog lub suab quaj vim tej kev txoj nyem, kev tu siab nyob hauv lub neej, tej tus txawj hais tau kom muaj lom zem ua rau sawv daws luag ib sob tsis nco txog yam ntxhov plawv li lawm. Sawv daws cov ntseeg tuaj koom sau siab tau sib qhia ib cov lus zoo coj los xav pab nyob hauv rau yus lub neej. Thov ua tsaug rau sawv daws cov ua niam ua txiv, ua kwv ua tij, ua neej ua tsav los rau cov me tub me nyuam tau tuaj koom sau siab thiab ua tsaug rau « Aumônerie hmong fab kis ».