"Ntuj muab li cas, yuav li ntawd"

"Kev hwm Ntuj nqa txiaj ntsim tuaj tiag, tab sis tsuas nqa tuaj rau tus txaus siab yuav qhov uas yog nws tug xwb. Vim peb tsis tau nqa dab tsi los nyob ntiaj teb no, peb kuj yuav thauj tsis tau dab tsi rov mus. Li ntawd, tsuav yog peb muaj txaus noj txaus hnav, mas peb yuav tsum txaus siab. Hos cov neeg uas xav sau nyiaj txiag ua tej pawg, mas lawv mag kev ntxias, lawv mag rooj ntxiab, lawv poob rau hauv ntau txoj kev ntshaw tsis muaj qab hau, thiab poob rau hauv txoj kev tsim yam phem uas coj neeg mus taug kev xyob txhiaj, thiab kev ploj. Vim tus cag uas yug txhua hom xwv txheej, yog txoj kev nyiam nyiaj txiag. Qee leej qaug rau nyiaj txiag, lawv thiaj yuam kev mus deb ntawm txoj kev ntseeg, ces ntau hom kev ntxhov siab chob lawv tus plig."

(1 Tis Mos Tes 6, 6-10)


L'histoire du veau d'or est emblématique de la place de l'argent dans le monde : il a une telle importance que beaucoup lui sacrifient tout le reste : la famille, la prière, voire les amis et la détente. L'argent fait croire
qu'il peut tout nous apporter, tandis que Dieu, personne ne le voit...

Ambiguïté de l'argent

Nécessaire, l'argent est déconcertant car, au lieu de faciliter les relations entre les personnes, il crée souvent l'envie, la volonté de pouvoir, l'avidité, l'avarice et finalement la guerre. A lui seul, il ne fait pas le bonheur : "Un homme était riche et malheureux, toujours déprimé. Il avait consulté beaucoup de médecins, mais sans succès. Un jour, on lui indiqua la maison d'un sage. Il y entra. Le sage lui dit : '"Va à la fenêtre et dis-moi ce que tu vois - Je vois une maman qui promène sa petite, deux vieux qui discutent allègrement, des oiseaux qui boivent dans une flaque d'eau, les branches des arbres qui se balancent au vent..." - '"Va maintenant devant le miroir et dis-moi, que vois-tu ?" - "Je me vois" dit l'homme, dépité. - Tu vois, lui répond le sage, '"Le miroir et la vitre sont tous les deux fait avec du verre. Mais derrière le verre du miroir on a mis une feuille d'argent. Celle-ci t'empêche de voir au-delà de la vitre, elle te referme sur toi-même. Voilà pourquoi tu es malheureux : ta richesse t'a coupé des autres !"

"Se contenter de ce que l'on a"

L'argent est nécessaire, mais il doit rester à sa place. "C'est vrai, la foi en Dieu est une grande richesse, à une condition : il faut se contenter de ce qu'on a. Nous n'avons rien apporté sur cette terre, et nous ne pouvons rien emporter non plus. Alors, si nous avons de quoi manger et nous habiller, cela doit nous suffire. Mais ceux qui veulent devenir riches tombent dans la tentation. De nombreux désirs stupides et dangereux les prennent au piège. Ils conduisent les gens vers la mort et les détruisent. Oui, la racine de tous les malheurs, c'est l'amour de l'argent. Plusieurs l'ont trop cherché, c'est pourquoi ils se sont perdus loin de la foi. Ils ont beaucoup souffert, et c'est leur faute."
(1 Tm 6, 6-10).

0 commentaires: