Chaque année Dieu nous offre le Carême pour nous préparer à célébrer dignement, à Pâques, la mort et la Résurrection de Jésus. Ce temps de Carême (pour 2009, va du 25 février, jour du « Mercredi des cendres » au 12 avril, jour du dimanche de Pâques) nous invite à mieux saisir le genre de vie que le Christ nous propose pour nous conduire au bonheur qui ne finit pas.
Cette année, nous souhaitons réfléchir avec vous sur l'argent.



L'argent du chrétien « providence envers le prochain »

Saint Albert Hurtado (1901 - 1952), jésuite Chilien canonisé par Benoît XVI, écrit : « La vie chrétienne s'oppose en tout à l'esprit de richesse du monde. Le choc le plus violent entre l'esprit du Christ et celui du monde se déroule sur le terrain des richesses. Les points de vue sont inconciliables. Le monde met sa confiance en elles et aspire à elles comme au bien suprême. Le chrétien, lui, aspire aux biens éternels et se sert des biens de la terre comme de moyens pour les atteindre. » Si on a des richesses, celles-ci doivent devenir « un moyen pour rendre gloire à Dieu... Aimer la richesse pour elle-même n'est pas le fait du chrétien. »

L'aumône à laquelle Jésus nous invite pendant le carême donne à notre argent son véritable rôle. L'aumône est en effet une « manière concrète de venir en aide à ceux qui sont dans le besoin... et un exercice ascétique pour se libérer de l'attachement aux biens terrestres ». L'aumône nous permet d'administrer nos biens pour « devenir un instrument de sa providence envers le prochain ».

Jésus, pendant ses 40 jours de jeûne au désert, a dit : « Il est écrit que l’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui vient de la bouche de Dieu. »

0 commentaires: