"ça bouge sur Orléans ! ..."

Suite à la rencontre de la communauté catholique Hmong du 1er juin 2008 à Don Bosco, les membres responsables ont pris le temps de réfléchir avec l'aide de Père François. Nous réfléchissons sur la façon de motiver les Hmong dans leur vie chrétienne et essayons de répondre à leur attentes.

En période de Carême, certains Hmong ont éprouvé le besoin de vivre un temps de pénitence. La barrière de la langue était un frein à cette démarche pour nos seniors. Cela a pu se faire en l'église de Saint Jean Bosco le 4 avril 2009 où environ 70 Hmong étaient venus se confesser. Une grande première car ils ne l'ont vécu qu'au pays. Nous avons ressenti de la part des chrétiens Hmong l'envie de bouger, de changer, de redécouvrir la foi en Jésus Christ. Lors des célébrations dominicales, les Hmong viennent de plus en plus nombreux et participent aux lectures. Mais on sent encore beaucoup de timidité et de réserve. Donc, nous voulions que les Hmong puissent vivre une journée autre que lors de décès, des repas de famille etc... Une journée faite de convivialité autour d'un pique-nique, de réflexions sur notre vie et notre foi chrétienne. Mais aussi d'ouverture vers d'autres communautés lors de la célébration de l'eucharistie.

Le samedi 27 juin 2009, la communauté Hmong s'est retrouvé pour un temps de réflexion par groupe d'âge. Nous voudrions que les Hmong prennent conscience qu'ils doivent faire le premier pas et que les choses ne bougeront que si eux le désirent vraiment.
Voici les comptes-rendus des différents groupes :

  • COMPTE-RENDU DU GROUPE DES ENFANTS :
Nous avons partagé les enfants en trois équipes ; une constituée d'enfants âgés de 4 ans à 8 ans (une dizaine), la deuxième équipe des 9 ans à 12 ans (9 enfants) et la troisième équipe des plus de 13 ans (9 adolescents).
L'équipe des petits était encadrée par mesdames Chachereau Nathalie (amie vietnamienne-chinoise) qui est catéchiste à La Source et Yang Patricia (niam Neej Suam Yaj). Les enfants ont fait du coloriage et du découpage sur le thème du partage et de la rencontre avec l'autre. Nathalie a expliqué aux enfants la signification de la croix de Jésus Christ par le biais du découpage. Pour la plupart des enfants présents, une partie n'avait encore jamais eu d'éveil à la foi. Des jeux axés sur les thèmes de l'amitié, de la solidarité, du partage et de la tolérance par exemple pourront être proposés pour une prochaine rencontre aux enfants. Dans l'ensemble, les animatrices ont senti une bonne participation et une bonne intégration des enfants. Les dessins des enfants ont été exposés sur un panneau lors de la célébration de l'eucharistie. L'équipe était restée à l'intérieur de la Chapelle. L'équipe des 9-12 ans était encadrée par monsieur et madame Yang Blong et Yi ( Tswj Ntug Yaj et niam Tswj Ntug Yaj ). Les enfants ont joué au jeu de l'oie géant. Les questions reposaient sur des thèmes abordés dans l'année de catéchisme et d'aumônerie. Des éléments de bases que doit savoir un chrétien sur Jésus christ. Ce groupe-là était assez difficile à gérer. Les enfants manquaient d'attention surtout. Peut-être faudra-t-il envisager une sortie toujours autour d'un thème bien précis ? Cela reste à voir! L'équipe était dehors pour pouvoir se déplacer sur le jeu de l'oie. L'équipe des plus grands était animée par Yang Paul (Nom Neeb Yaj). Les adolescents ont eu droit à un « enseignement » sur la vie des Hmong en France et au pays. Une comparaison sur la vie d'un enfant Hmong français et la vie d'un enfant Hmong guyanais. Des panneaux avec des textes, des photos et une carte du Sud-Est asiatique étaient exposés. Ce groupe-là dans l'ensemble était attentif. Cet « enseignement « ou explication pour essayer de leur faire passer le message qu'ils ne doivent pas renier leur origine et chercher par eux-même à se connaître et à s'accepter avec leurs différences. La transmission des cultures et des traditions doit se faire. Le problème est de savoir avec quelles méthodes, quels moyens. L'équipe était restée à l'intérieur de la Chapelle.
  • COMPTE-RENDU DU GROUPE DES ADULTES : (Père François Roulleau)
Les principaux animateurs étaient Père François Roulleau et Kou Tchang (Kub Tsab). Le groupe a manqué de temps pour essayer de répondre aux trois questions (sur l'invitation). Après le pique-nique, le groupe s'était retrouvé pendant un peu plus d'une heure pour reprendre les questions. Avec le beau temps, le groupe était resté dehors. Certaines mamans et enfants ont aidé à la fabrication de l'arc-en-ciel en tissu pour pouvoir l'exposer lors de la célébration de l'Eucharistie. C'est une page de la vie de la communauté Hmong catholique qui a été écrite. Tous, enfants, jeunes, adultes, seniors, hommes, femmes ont eu un intérêt profond les uns envers les autres. On ne peut pas exister seul. C'est ensemble que nous formons un groupe, une communauté. Ensemble que nous grandissons et témoignons du message de Jésus Christ. Ce fut un premier temps de partage où les uns les autres ont pu commencer à partager entre eux. Les femmes osent s'exprimer de plus en plus. La journée a été préparée depuis longtemps par une petite équipe qui a élargi les responsabilités sur différents aspects : animation des groupes, lecture des carrefours, démonstrations des instruments Hmong, barbecue pour le pique-nique. Le déroulement de la journée s'est fait en langue française et en Hmong. Très important !
Le mot d'accueil avant d'entamer le programme ainsi que l'invitation distribuée aux familles ont donné le ton de la journée. Les échanges furent nombreux dans les carrefours. Preuve que les femmes prennent la parole et sont écoutées. La préoccupation de l'éducation religieuse a souvent pris le pas sur d'autres réalités humaines. Il y a un besoin de connaître la vie et le message de Jésus Christ. Ils souhaitent un groupe d'évangile Hmong. Les femmes ont osé reconnaître que leur vie de mère de famille est chamboulée par le travail professionnel, les horaires de nuit, la garde d'enfants. Cette journée était « attendue » pour pouvoir se rencontrer et aborder des aspects importants de la vie. Ceci ont plus été évoqués mais pas approfondis.

Comment vit-on cela ?
Il y a l'enjeu de la transmission au près des jeunes générations : Qui suis-je ? Je comprends mal le français, je m'exprime mal en Hmong. Les parents ont le sentiment d'être dépassés car eux même sont entre deux générations, les seniors et les jeunes. Pourquoi ne pas se rencontrer avec des personnes migrantes qui sont nos voisins pour mettre en commun nos conditions de vie. On se retrouve pour les deuils mais on ne parle pas entre nous des questions que l'on se pose sur la vie, la mort, le sens de l'existence. On laisse tomber la religion. Cependant,on constate que les familles, les croyants ne viennent que pour les sacrements (baptême, communion, mariage) et ne sont pas présents dans la vie de leur paroisse. Permettre à des humains de partager ce qu'ils sont est un acte de croyants. Dieu veut la vie et non la mort. La vie, c'est s'ouvrir autour de soi, accepter de tendre la main à l'autre et vis versa, c'est partager en amitié. Il y a la journée mondiale des jeunes migrants qui va avoir lieu prochainement. Ce serait intéressant que des adolescents Hmong puissent y participer et exprimer leur ressenti.
  • COMPTE-RENDU DU GROUPE DES SENIORS : (T.P. Cwj Vuam Chiv, Père Antoine Yang )
Les animateurs de ce groupe étaient Père Antoine Yang et Guy Thor (Tsav Yis Thoj). Le groupe était resté dehors pour les carrefours du matin. L'après-midi, les seniors ont visionné un film sur Sainte-Bernadette jusqu'à la pause-café. Le groupe des seniors était une vingtaine de personnes. Les femmes étaient en majoritaires. Le temps du débat de la matinée paraissait trop court. Nous n’avons pas eu le temps d’écouter tout le monde. Les hommes sont intervenus trop souvent. Et les femmes n’ont pas assez pris la parole pour s’exprimer. Nous n’avons pas eu assez de temps pour faire le tour des 3 points : événements, défis et nouvelles importantes.
Mais nous avons eu des échanges forts intéressants sur les événements marquant notre vie et les défis à relever, les 2 premiers points. Les échanges ont tourné autour des conflits entre génération : un constat d’échec et d’impuissance.
Cov me nyuam zaum no tsis paub qab hau dab tsi, tsis paub txob txhawj, tawv ncauj, cam thawj, tub nkeeg, luaj thuam, luab nuj luab nqi ( esclaves des établissements financiers pour les multiples crédits). Cov laus, pog yawg, tsis paub lus fab kis, hais tej me nyuam tsis mloog. Tej me nyuam los tsis paub lus Hmoob. Laus thiab me nyuam lam nyob ua ke. Tiam sis ib tug tsis paub ib tug.
La communication ne passe pas entre les générations. C’est une situation tragique pour tous les grands parents qui assistent la chute de leurs descendants dans cet état de fait. Quant à la religion, c’est encore pire. Les jeunes ne croient plus à rien. Xyov yuav zoo li cas, l’avenir est très sombre.
En ce qui concerne les défis : face à ces multiples difficultés, il ne faut pas baisser les bras ou laisser aller le mal. C’est une chance pour les grands parents qui gardent encore leurs petits enfants à la maison. Ils doivent parler le Hmong avec eux au lieu du mauvais français. C’est à eux de faire preuve de génie pour instaurer le dialogue, créer des liens, entretenir l’affection… La responsabilité des grands parents n’est pas encore finie. L’après midi, nous avons regardé le vidéo sur Bernadette de Lourdes. Les seniors ont manifesté un très grand intérêt. S’il existait une version Hmoob pour eux ce serait encore plus passionnant.
  • LES MOYENS EMPLOYÉS POUR ORGANISER LA JOURNÉE :
Comme symbole pour marquer la journée, nous avons décidé de construire un arc-en-ciel en tissu. Le tissu peut se plier facilement et être transporté sans encombrement. Les couleurs de l'arc-en-ciel représentent les autres et nous ainsi que Dieu et Jésus Christ. Les inscriptions sur les couleurs de l'arc-en-ciel sont en Hmong et en français. Inscrire chaque groupe avec les autres communautés, les amis ainsi que Dieu et Jésus pour montrer que Dieu ne fait pas de différences entre les humains. C'est à nous de nous enrichir de nos différences. L'arc-en-ciel symbolise la Paix et l'Alliance entre les humains et Dieu. Pour nous, Hmong, nous devons comprendre que c'est un pont qui nous ouvre vers les autres communautés catholiques. Les autres chrétiens d'origines diverses ont beaucoup à nous apporter et nous de même. Nous avions convié nos amis portugais, martiniquais, laotiens, espagnols, camerounais et français à nous rejoindre pour partager le café à 16H00 et la célébration de l'Eucharistie. L'arc-en-ciel va circuler à Gien pour la messe de rentrée du 12 septembre 2009 où se réuniront des chrétiens de diverses nationalités.
Nous avons exposé une broderie artisanale du pays sur l'autel au moment de l'offertoire. Cette broderie est une peinture sur la vie quotidienne des Hmong au pays. Encore un signe de notre désir de transmission à nos enfants de notre patrimoine culturel et traditionnel.
Une autre broderie artisanale également qui représente une mère Hmong et son enfant à l'image de La Vierge Marie et l'enfant Jésus.



Avant de sortir le pique-nique, plusieurs seniors ont pris le temps d'expliquer et de montrer aux plus jeunes l'utilisation des instruments et ustensiles Hmong. Démonstration de la cornemuse Hmong (qeej) par monsieur Yaj Nkias Pov vêtu du costume Hmong traditionnel. Chaque air joué par cet instrument correspond à des paroles bien précises. Il a expliqué que c'est un instrument qui se joue lors de cérémonies funéraires pour les animistes mais aussi lors du nouvel an Hmong, les hommes en jouent pour distraire le public.

Démonstration du violoncelle Hmong par monsieur Yaj Nom Lis. C'est un instrument qui rend l'âme nostalgique et mélancolique. Démonstration également de l'instrument « ncas » qui se joue sur les lèvres et avec le doigt pour faire sortir le son. Instrument joué pour faire la cour à une fille. Monsieur Yaj Ntxoov Kim a joué de la flûte de roseau.

Monsieur Thoj Tsuj Vws a expliqué la fabrication artisanale d'un tabouret bas avec des lamelles en plastique. Au pays, on fabrique les tabouret avec des lamelles de bambou. Il a apporté aussi une faucille Hmong qui sert à couper les tiges de riz.

Madame Yaj Ntxoov Kim a expliqué l'utilisation du plateau en lamelles de bambou (vab) qui sert à trier le mauvais grain de riz.


Pour la procession d'offrande, des fillettes étaient habillées en costume Hmong. Les amis chrétiens venus nous rejoindre ont apporté un objet symbolique de leur pays pour poser devant l'autel en signe d'amitié.

Marlène Rolle (Martinique), Julie (Laos), Sophia Dasilva (Portugal) ont pris le temps de faire une prière universelle. Une mère de famille madame Vaj Ntxhi a bien voulu faire la première lecture en Hmong. Un jeune nommé Yang Toua a bien voulu lire la prière écrite par un croyant brésilien. (voir photos)
  • CONCLUSION :
Certaines personnes sont venues ce jour-là pour elles-mêmes, d'autres pour leurs enfants et d'autres encore parce que les parents leur ont demandé d'être présentes. Au final, chacun a pu trouver sa place car c'était une journée consacrée au partage et à l'amitié. Celui qui a ouvert son coeur a gagné une grande joie sincère car le Seigneur est présent parmi nous pour nous guider sur le droit chemin. « Si tu cherches, tu trouveras », ceux qui étaient présents ce jour ont dû trouver quelque chose que eux seuls savent. Les échos que nous avons eu de la part des personnes sont très positives. Les Hmong sont heureux de pouvoir se retrouver dans ce contexte pour mieux faire le point sur leur vie en général. C'est un moment de joie et de partage qu'il faut essayer de continuer pour l'avenir de notre communauté. Ce n'est que le début d'une longue route. A l'horizon se pointent déjà d'autres questions qui demandent d'organiser des rencontres.
Le 20 septembre 2009 sera une date pour faire le calendrier de rencontres des Hmong.


0 commentaires: