LE BAPTEME


n° 1212
(4) Par les sacrements de l'initiation chrétienne, le Baptême, la Confirmation et l'Eucharistie, sont posés les fondements de toute vie chrétienne. "La participation à la nature divine, donnée aux hommes par la grâce du Christ, comporte une certaine analogie avec l'origine, la croissance et le soutien de la vie naturelle. Nés à une vie nouvelle par le Baptême, les fidèles sont en effet fortifiés par le sacrement de Confirmation et reçoivent dans l'Eucharistie le pain de la vie éternelle. Ainsi, par ces sacrements de l'initiation chrétienne, ils reçoivent toujours davantage les richesses de la vie divine et s'avancent vers la perfection de la charité"

I Comment est appelé ce sacrement?


n° 1214
(4) On l'appelle Baptême selon le rite central par lequel il est réalisé: baptiser ("baptizein" en grec) signifie "plonger", "immerger"; la "plongée" dans l'eau symbolise l'ensevelissement du catéchumène dans la mort du Christ d'où il sort par la résurrection avec lui (cf. Rm 6,3-4 Col 2,12), comme "nouvelle créature" (2Co 5,17 Ga 6,15).


n° 1215
(7) Ce sacrement est aussi appelé "le bain de la régénération et de la rénovation en l'Esprit Saint" (Tt 3,5), car il signifie et réalise cette naissance de l'eau et de l'Esprit sans laquelle "nul ne peut entrer au Royaume de Dieu" (Jn 3,5).


n° 1216
(10) "Ce bain est appellé illumination , parce que ceux qui reçoivent cet enseignement (catéchétique) ont l'esprit illuminé ..." (S. Justin, apol. 1,61,12). Ayant reçu dans le Baptême le Verbe, "la lumière véritable qui illumine tout homme" (Jn 1,9), le baptisé, "après avoir été illuminé" (He 10,32) est devenu "fils de lumière" (1Th 5,5), et "lumière" lui-même (Ep 5,8):

(12) Le Baptême est le plus beau et le plus magnifique des dons de Dieu... Nous l'appelons don, grâce, onction, illumination, vêtement d'incorruptibilité, bain de régénération, sceau, et tout ce qu'il y a de plus précieux. Don , parce qu'il est conféré à ceux qui n'apportent rien; grâce , parce qu'il est donné même à des coupables; Baptême , parce que le péché est enseveli dans l'eau; onction , parce qu'il est sacré et royal (tels sont ceux qui sont oints); illumination , parce qu'il est lumière éclatante; vêtement, parce qu'il voile notre honte; bain , parce qu'il lave; sceau , parce qu'il nous garde et qu'il est le signe de la seigneurie de Dieu (S. Grégoire de Naz., or. 40,3-4).

II Le Baptême dans l'économie du salut

Les préfigurations du Baptême dans l'Ancienne Alliance
n° 1219
(16) L'Eglise a vu dans l'Arche de Noé une préfiguration du salut par le Baptême. En effet, par elle "un petit nombre, en tout huit personnes, furent sauvés par l'eau" (1P 3,20):

(18) Par les flots du déluge, tu annonçais le Baptême qui fait revivre, puisque l'eau y préfigurait également la mort du péché et la naissance de toute justice (MR, Vigile pascale 42: bénédiction de l'eau baptismale).
n° 1220
(21) Si l''eau de source symbolise la vie, l'eau de la mer est un symbole de la mort. C'est pourquoi il pouvait figurer le mystère de la Croix. De par ce symbolisme le baptême signifie la communion avec la mort du Christ.

III Comment est célébré le sacrement du baptême?

n° 1229
(6) Devenir chrétien, cela se réalise dès les temps des apôtres par un cheminement et une initiation à plusieurs étapes. Ce chemin peut être parcouru rapidement ou lentement. Il devra toujours comporter quelques éléments essentiels: l'annonce de la Parole, l'accueil de l'Evangile entraînant une conversion, la profession de foi, le Baptême, l'effusion de l'Esprit Saint, l'accès à la communion eucharistique.

IV Qui peut recevoir le baptême?

n° 1246
(4) "Tout être humain non encore baptisé, et lui seul, est capable de recevoir le Baptême" (CIC 864 CIO 679).

V Qui peut baptiser?

n° 1256
(4) Sont ministres ordinaires du Baptême l'évêque et le prêtre, et, dans l'Eglise latine, aussi le diacre (cf.CIC 861 p1 CIO 677 p1). En cas de nécessité, toute personne, même non baptisée, ayant l'intention requise, peut baptiser. L'intention requise, c'est de vouloir faire ce que fait l'Eglise en baptisant, et appliquer la formule baptismale trinitaire. L'Eglise voit la raison de cette possibilité dans la volonté salvifique universelle de Dieu (cf. 1Tm 2,4) et dans la nécessité du Baptême pour le salut (cf. Mc 16,16) (cf. DS 1315 646 CIC 861 p2).

VI La nécessité du baptême

n° 1257
(4) Le Seigneur lui-même affirme que le Baptême est nécessaire pour le salut (cf. Jn 3,5). Aussi a-t-il commandé à ses disciples d'annoncer l'Evangile et de baptiser toutes les nations (cf. Mt 28,20) (cf. DS 1618 LG 14 AGd 5). Le Baptême est nécessaire au salut pour ceux auxquels l'Evangile a été annoncé et qui ont eu la possibilité de demander ce sacrement (cf. Mc 16,16). L'Eglise ne connaît pas d'autre moyen que le baptême pour assurer l'entrée dans la béatitude éternelle; c'est pourquoi elle se garde de négliger la mission qu'elle a reçu du Seigneur de faire "renaître de l'eau et de l'Esprit" tous ceux qui peuvent être baptisés. Dieu a lié le salut au sacrement du Baptême, mais il n'est pas lui-même lié à ses sacrements.

VII La grâce du baptême

n° 1262
(4) Les différents effets du Baptême sont signifiés par les éléments sensibles du rite sacramentel. La plongée dans l'eau fait appel aux symbolismes de la mort et de la purification, mais aussi de la régénération et du renouvellement. Les deux effets principaux sont donc la purification des péchés et la nouvelle naissance dans l'Esprit Saint (cf. Ac 2,38 Jn 3,5).

Pour la rémission des péchés ...


n° 1263
(9) Par le Baptême, tous les péchés sont remis, le péché originel et tous les péchés personnels ainsi que toutes les peines du péché (cf. DS 1316). En effet, en ceux qui ont été régénérés il ne demeure rien qui les empêcherait d'entrer dans le Royaume de Dieu, ni le péché d'Adam, ni le péché personnel, ni les suites du péché, dont la plus grave est la séparation de Dieu.


n° 1264
(12) Dans le baptisé, certaines conséquences temporelles du péché demeurent cependant, tels les souffrances, la maladie, la mort, ou les fragilités inhérentes à la vie comme les faiblesses de caractère, etc., ainsi qu'une inclination au péché que la Tradition appelle la concupiscence, ou, métaphoriquement, "le foyer du péché" ("fomes peccati"): "Laissée pour nos combats, la concupiscence n'est pas capable de nuire à ceux qui, n'y consentant pas, résistent avec courage par la grâce du Christ. Bien plus, 'celui qui aura combattu selon les règles sera couronné' (2Tm 2,5)" (Cc. Trente: DS 1515).

"Une créature nouvelle"


n° 1265
(17) Le Baptême ne purifie pas seulement de tous les péchés, il fait aussi du néophyte "une création nouvelle" (2Co 5,17), un fils adoptif de Dieu (cf. Ga 4,5-7) qui est devenu "participant de la nature divine" (2P 1,4), membre du Christ (cf. 1Co 6,15 12,27) et cohéritier avec Lui (Rm 8,17), temple de l'Esprit Saint (cf. 1Co 6,19).


n° 1266
(20) La Très Sainte Trinité donne au baptisé la grâce sanctifiante , la grâce de la justification qui:

(22) - le rend capable de croire en Dieu, d'espérer en Lui et de L'aimer par les vertus théologales ;

(24) Ainsi, tout l'organisme de la vie surnaturelle du chrétien a sa racine dans le saint Baptême.

Incorporés à l'Église, Corps du Christ


n° 1267
(29) Le Baptême fait de nous des membres du Corps du Christ. "Dès lors, ... ne sommes-nous pas membres les uns des autres?" (Ep 4,25). Le Baptême incorpore à l'Eglise . Des fonts baptismaux naît l'unique peuple de Dieu de la Nouvelle Alliance qui dépasse toutes les limites naturelles ou humaines des nations, des cultures, des races et des sexes: "Aussi bien est-ce en un seul Esprit que nous tous avons été baptisés pour ne former qu'un seul corps" (1Co 12,13).


n° 1268
(32) Les baptisés sont devenus des "pierres vivantes" pour "l'édification d'un édifice spirituel, pour un sacerdoce saint" (1P 2,5). Par le Baptême ils participent au sacerdoce du Christ, à sa mission prophétique et royale, ils sont "une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis pour annoncer les louanges de Celui qui (les) a appelés des ténèbres à son admirable lumière" (1P 2,9). Le Baptême donne part au sacerdoce commun des fidèles.


0 commentaires: