Phauj Solange tau tas sim neej lawm

Ib tsoom ntseeg thiab phooj ywg,

Muaj coob leej tseem nco txog Soeur Solange, Phauj Ntxhoo, nws tau siv zog pab peb cov Hmoob  nrog txiv plig Nyiaj Pov  nyob Javouhey xyoo 1980-81.
Rov qab Guyane los txog, nws tau pab cov hluas Hmoob nyob sab Bretagne coj lawv sib sau thiab sib fim rau ntau lub nroog : teev ntuj, sau siab, mus colonie de vacances…

Txij xyoo 2000 los, nws mus so hauv tsev laus lawm.
Hnub tim 25.01.2011, nws tau tso sawv daws tseg. Cov kwv tij neej tsa phooj ywg nej leej twg nyob ze Saint Gildas des Bois, nej ho nrhiav caij nyoog mus saib mus xyuas. Muaj ua Thaj Txi Ntuj rau Phauj Solange hnub tim 28.01.2011 thaum 10h30 nyob hauv cov phauj tsev ua ntej coj nws mus zais.


Un grand nombre d’entre nous se rappelle de Sœur Solange. Son destin est lié au peuple Hmong par l’intermédiaire du Père Yves Bertrais et de son activité missionnaire depuis le Laos. C’est Sœur Solange qui a accueilli deux  fillettes Hmong, My et May en 1960. Si elles étaient  les premières filles Hmong bachelières c’est à Sœur Solange que revenait la gratitude et la reconnaissance. 

Quand les évènements de 1975 ont poussé les Hmong en exil, de nombreuses familles sont arrivées en France. Sœur Solange est partie en Guyane pour apporter son soutien au Père Bertrais aider les familles pour l’apprentissage du français et la catéchèse. De retour en métropole, Sœur Solange s’est mise en relation avec des familles installées en Bretagne. Elle s’est surtout occupée des jeunes avec le Père René Charrier pendant des années : réunions, rassemblement, prières, colonies de vacances… Vers l’an 2000, elle s’est retirée définitivement à la maison de retraite des sœurs de Saint Gildas des Bois.

Elle vient de nous quitter ce 25 janvier 2011. Son départ nous laisse un grand vide car nous perdons une grande sœur, une amie qui nous aime, quelqu’un de proche et vital pour les Hmong. Et le 28 janvier 2011 à 10h30, auront lieu ses obsèques dans la chapelle des sœurs.
C’est un dernier hommage que nous pouvons rendre à Sœur Solange en exprimant notre sympathie et notre reconnaissance infinie.


Aumônerie Catholique des Hmong de France
Hmoob Kav Tos Liv Fab Kis Teb




Cliquez pour voir l'album photos
Mus xyuas cov duab saum no



Texte intégral du mot d'accueil de Soeur Renée Baholet, conseillère générale de la congrégation :


SEPULTURE DE SŒUR  IMELDA GOUY   28-01-11
Sœur Solange Marie

Bienvenue,  à vous famille et amis de Sœur Imelda .

Bienvenue, à vous frères et sœurs de la communauté  Hmong, à vous Père Antoine Yang, Père Yvon L’Hénoret, votre présence aux uns et aux autres nous touche au plus profond de nous.
Bienvenue, à vous Père Henri  Maillard qui avez accompagné pendant 10 ans, comme aumônier,  la Communauté Hmong de Loire –Atlantique.
Bienvenue,  à vous Père Emprou, et à vous Père Beurel aumônier de la Communauté
Bienvenue, à vous toutes, sœurs de la Congrégation et sœurs présentes pour la journée de récollection.
C’est en communion avec les communautés Hmong de Guyane, des Etats-Unis, de France que nous allons vivre cette Célébration d’au-revoir à Sr Solange - Imelda. Toutes ces communautés nous ont adressé des messages nous exprimant leur tristesse devant sa mort et leur union dans la prière.
Ensemble nous allons remettre sa vie au Seigneur, mais avant évoquons quelques étapes marquantes de cette vie.
Sœur Imelda, née à Arthon en Retz en 1917, est la huitième enfant  d’une famille de  onze, dont trois sont décédés à la naissance. Elle entre au noviciat des sœurs de St-Gildas en 1936. Après son premier engagement en 1938, c’est à travers sa profession d’institutrice, que sœur Solange - Imelda va  vivre la mission des sœurs de St-Gildas à  Basse-Indre, St-Père en Retz, Missillac, Treillières.
En 1956 une nouvelle mission lui est confiée, la responsabilité du collège qui accueille les jeunes qui pensent à la vie religieuse : le juvénat Notre-Dame de l’Espoir. C’est avec passion et non sans tension, avec bonté et fermeté  qu’elle vit sa mission de formatrice, d’éducatrice,  pendant 10 ans, à une époque   où les mentalités, les méthodes de formation évoluent.
C’est aussi au cours de cette période que la Congrégation, par l’intermédiaire de rencontres , de courrier avec le Père Bertrais, adopte ‘spirituellement’ la mission des Hmong et que commence un échange de correspondance entre des jeunes Hmong et les Juvénistes de Notre-Dame de l’Espoir.
En 1960, le Père Bertrais pose la question d’un accueil de deux fillettes Hmong, à Notre-Dame de l’Espoir. Maiv et My arrivent en 1961, pour y faire leurs études et recevoir une formation religieuse solide.

Toutes les deux viennent de nous envoyer un message et à la demande de l’une d’elle, des fleurs sont déposées sur le cercueil

C’est à cette époque que commence vraiment ‘la Mission gildasienne  avec les Hmong’, et pour Sœur Solange - Imelda c’est le début d’une longue histoire avec ce peuple qu’elle a tant aimé.
Après quelques années à St-Nazaire – Perthuischaud  , puis à Savenay , Sœur Solange reçoit l’appel pour une mission en Guyane, au village de Javouhey ouvert par le Père Bertrais, pour les réfugiés Hmong. Elle part en Juillet 1980, avec Sœur Marie-Thérèse Chantreau et trois  autres personnes. Au moment de ce départ la Supérieure Générale écrivait : «…c’est toute la Congrégation qui les envoie pour que soient remis debout, ceux qui ont été écrasés, pour que le mot « liberté » reprenne un sens en leur vie. »
Pour des raisons de santé Sœur Solange –Imelda revient  en France au bout de quelques mois. Elle refait un second séjour en 1982. 
En 1984, un nouvel appel est adressé à la Congrégation par le responsable de la Mission Laotienne en France (Le Père L’Hénoret). Sœur Solange-Imelda reçoit la mission de coordonner et d’animer le service pastoral près des Hmong ….Ce service lui est demandé pour les régions apostoliques de l’Ouest et du Centre, et en Région parisienne….
Dans ce même temps, en Loire-Atlantique, tant que ses forces le lui ont permis, Sœur Solange-Imelda a accompagné les familles Hmong, et participé à leurs rencontres à St-Gildas, avec le Père Saillant et ensuite le Père Maillard .
C’est avec un zèle apostolique très grand, et une confiance en son Seigneur, que Sœur Solange - Imelda a vécu la mission qui lui était confiée. Sa mission elle la vivait aussi en communauté et certaines sœurs qui ont été ses compagnes disent ‘Sœur Solange ne vivait pas les choses à demi mesure’… mais aussi : ‘elle était très fraternelle, elle avait une fibre maternelle très grande qui  pouvait la rendre un peu protectrice.’
Ces dernières années Sœur Solange - Imelda a connu la souffrance de la dépendance. Elle a vécu la solitude, ne pouvant plus s’exprimer. A la suite du Christ Serviteur, elle a donné sa vie jusqu’au bout et mardi soir elle a rejoint la  Maison du Père.
Merci Sœur Solange - Imelda,  pour le témoignage que vous nous laissez, pour l’ouverture missionnaire que vous avez permis à la Congrégation de vivre.

Une sœur met sur le cercueil le livre de notre ‘Tradition Spirituelle’
Il rappelle la Source à laquelle Sœur Solange – Imelda a puisé.

Phrase musicale  ‘Aimer, c’est tout donner’
Le Père  L’Hénoret et trois autres personnes vont maintenant s’exprimer   au nom de la communauté Hmong.
Phrase musicale  ‘Aimer, c’est tout donner’



Témoignage de Paul YANG (Yaj Xaiv Tsom), au nom des jeunes qui ont cheminé avec Soeur Solange :

« Soeur Solange, Phauj Ntxhoo »

C’est ainsi que tous les Hmong l’appelaient.
En prononçant ces deux mots, c’est le souvenir d’une Grande Soeur aux cheveux couleur argent, sereine, souriante mais pas n’importe quel sourire : celui qui éclairait sa voix si précise et si directe.

Elle a choisi pour son existence de religieuse de se mettre au service de son prochain. Et pour cela, son bon sens, son énergie, son intelligence et sa capacité à engager sans détour les actions les plus utiles semblaient triompher du temps.
Attentive à ce que lui disaient les enfants et les mères de famille Hmong, elle a eu beaucoup d’espoir de contribuer à faire connaître les valeurs humaines aux jeunes de notre Communauté, animée par une énergie intérieure que rien ne semblait décourager :

- elle allait à la rencontre des jeunes Hmong de Rennes, bien souvent sur leurs lieux de détente ou leur terrain de jeux, et tout était occasion de discuter, d’échanger.
- elle organisait des week-end de réflexion et de promenades à Pornic.
- elle s’investissait personnellement pour qu’aient lieu des rencontres entre jeunes, et elle favorisait le rapprochement des familles Hmong de la région Bretagne et Pays de Loire par le biais de pique-niques à Pontchâteau et St Gildas.
- enfin, elle n’hésitait pas non plus à rejoindre les jeunes sur les camps d’été en Ardèche, en Bretagne, dans la région Bordelaise et à Lourdes.

On se souviendra aussi qu’entre 1984 et les années 90, elle n’a eu de cesse de sillonner les routes de France à bord de sa 2 CV, pour visiter les différentes communautés Hmong avec le Père René Charrier.

Tout cela, elle l’a fait en prenant exemple sur la Vierge Marie, c’est-à-dire dans la simplicité et la discrétion.

C’est cependant dans la solitude qu’elle a rendu son dernier soupir, mais je voulais qu’elle sache qu’elle était, et continuera de l’être, dans mes prières qui la remercient de ses enseignements et de l'amour qu'elle nous avait montré.

Après sa grande épreuve de santé, que le Seigneur la reçoive au plus vite dans le bonheur près de Lui.

Paul YANG ( YAJ Xaiv-Tsom ),
Aumônerie Catholique des Hmong de France,
St-Gildas des Bois, le 28 janvier 2011


0 commentaires: