Pèlerinage des mères de familles. 
Le samedi 2 avril 2011. 
Marche de Saint-Ay vers Orléans.

 Le thème du pèlerinage portait sur « la paix intérieure » et l’Evangile du jour parlait de l’aveugle né.

Il y avait 8 chapitres avec en tête une responsable et un prêtre ou une religieuse. Chaque chapitre porte le nom d’une Sainte et une couleur lui est attribuée. Par chapitre, il y avait  à peu près une dizaine de mères de familles. J’étais dans le chapitre de « Sainte Elisabeth de Hongrie », couleur parme. Marie-Thérèse Heu et Mariette Yang étaient avec moi car c’était  la première fois qu’elles participaient au pèlerinage.

Je me suis rendue à ce pèlerinage dans l’espoir de pouvoir mettre un peu d’ordre dans mes choix de vie. J’ai revu des visages familiers de mères de familles qui avaient déjà participé au pèlerinage les années précédentes.
Et puis j’ai fait aussi connaissance avec des mères qui viennent pour la première fois et avec d’autres qui n’étaient pas dans le même groupe que moi l’année dernière.
Avec Mariette et Marie-Thérèse, nous avions porté nos intentions aux femmes Hmong qui ne pouvaient pas venir au pèlerinage, à nos mères mais aussi à nos amies de la paroisse Don Bosco.
Cela fait deux ans et demi que je suis sur Semoy. Je côtoie mes voisins qui sont de confession musulmane car on s’entraide pour emmener les enfants à l’école.
Il y a une personne que je croise souvent et rapidement dans mon lotissement mais je ne crois jamais l’avoir saluée.
J’ai eu la joie de faire connaissance enfin avec cette personne qui se trouvait être dans le même chapitre qu’Yveline.
Je ne l’ai même pas reconnue car je n’aurais jamais imaginé pouvoir la rencontrer dans ce contexte. Yveline ne savait pas que c’était ma voisine. Elle me l’a présentée car cette personne habite Semoy. Elle s’appelle Muriel et n’était pas sûre de me reconnaître aussi.
Quelle belle surprise ! L’aveugle-né qui recouvre la vue grâce à Jésus est heureux de voir tous ceux qui l’entourent et qui le croisent.
Moi aussi, j’ai eu le sentiment de recouvrer la vue car depuis près de trois ans, je n’ai qu’aperçu Muriel sur le parking. Aujourd’hui, c’est mon amie Yveline qui me présente ma voisine. Aujourd’hui, il n’y a plus de méfiance mais une confiance qui nous lie grâce au pèlerinage. Nous savons que nous sommes là pour une même quête spirituelle.
Je pense que réciproquement, nous nous portons un regard nouveau l’une sur l’autre car une porte de notre cœur vient de s’ouvrir.
J’ai eu le sentiment que cette rencontre m’a illuminée de l’intérieur et remplie de joie.

                                                                       Joanne YANG

0 commentaires: