La journée de la femme vécue dans le Loiret (45)
L'association camerounaise nous a convié à sa soirée pour la journée internationale de la femme. J'ai invité quatre jeunes femmes Hmong à m'accompagner à cette soirée.
Malheureusement, la personne qui été conviée pour venir expliquer et débattre sur la charte de l'égalité homme/femme n'est pas venue. Donc, avec les personnes qui étaient
présentes, le débat a été lancé. C'était intéressant car hommes et femmes ont donné leur point de vue sur l'évolution des mentalités qui font qu'aujourd'hui, on voit tout de même
un effort de fait au sein des ménages. L'homme partage les tâches ménagères et participe activement à l'éducation des enfants car la femme travaille aussi. La place de la culture
est revenue fréquemment dans l'échange. L'ainée d'entre nous les femmes Hmong a pris la parole pour donner son avis. Elle a dit que c'est à nous mères d'aujourd'hui d'éduquer
nos garçons pour les sensibiliser sur cette parité, sur le partage des tâches au sein du foyer. C'est une bonne initiative.
Ensuite, Jacqueline Atéba, une des responsables de l'association m'a demandé de lire un texte écrit par une de leur compatriote qui est professeur de français.
Nous avons eu l'occasion aussi de découvrir un plat typique de leur pays que nous avons beaucoup apprécié.

Ce genre de sortie pour nous femmes Hmong , c'est une preuve aussi que nos hommes commencent à accepter cette égalité dans le partage des différentes tâches. Ils commencent à accepter
de nous laisser exister par notre indépendance. C'est une question de confiance sinon, nous n'aurions jamais pu mettre le pieds chez les camerounais ! Mais c'est sûr que pour pouvoir se planifier une sortie, il faut préparer le terrain aux maris pour le repas et la garde des enfants.

C'est une soirée sympathique car ça nous permet de nous ouvrir et de connaitre d'autres personnes.

Niam Nom Neeb (Joanne Yang)

0 commentaires: