Nthuav ntawv ntshiab - Hnub plaub Mab Liab mus saum Ntuj


Ib tsoom neeg ntseeg thiab phooj ywg,

Hnub no yog ib hnub zoo caij zoo nyoog thiab ua hmoov loj nco txog peb leej niam Mas Lias ntsuj plig nrog tas nrho lub cev ntaj ntsug mus saum qaum ntuj. Peb tsis yog lam xev tswv yim hais hos peb caw sawv daws mloog Txiv Vaj Qhia Zam Paj Lug 2 tej lus qhia.

Koom Txoos Kav Tos Liv yeej ib txwm lees paub peb leej niam Mas Lias nce mus saum ntuj tim lub txiaj ntsim Mas Lias nrog nws Leej Tub koom txoj dej num raws li Tswv Ntuj lub hom phiaj.

Leej Ntshiab Germain (Saint Germain de Constantinople mort en 733) hais cov lus no ua Yes Xus lus pus nws leej niam mus lawm qaum ntuj : “Koj yuav tsum tau mus nyob qhov chaw kuv mus nyob, leej niam tus nyob ti koj Leej Tub. Leej Ntshiab Germain tseem hais ntxiv : Vim Yes Xus hlub nws niam nws thiaj kom Mas Lias mus saum qaum ntuj nrob nws Leej Tub ua ke.

Peb thiaj muaj cai hais tias Mas Lias cev xeeb tub ua kom nws lub cev yog tseem Huab Tais lub chaw ntshiab muaj koob meej.

Lub Koom Txoos Kav Tos Liv tus txhooj Lumen Gentium nqe 59 (LG 59), Tuam Rooj Ncauj Lus Vas Tis Kas 2 tau tshaj rau tsoom neeg ntseeg hais txog Mas Lias yog tus xeeb txawm ntshiab huv, vim li ntawd, Mas Lias tsis raug tib neeg kev ploj tuag khuam ntiaj teb tos txog hnub kawg li sawv daws. Nws txoj kev xeeb txawm tau ntshiab huv no ua tau nws Tswv Ntuj leej niam cev ntaj ntsug thiab ntsuj plig muaj hwj chim.

Cov ntsiab lus hais txog Mas Lias cev ntaj ntsug thiab ntsuj plig nce mus saum qaum ntuj no ntaus nqi loj txog tib neeg lub cev ntaj ntsug.

Peb yuav nco ntsoov tej yam uas tiam neej no saib tsis taus lub cev poj niam tam zoj li tej khoom ua lag luam ; Mas Lias kev nce pem ntuj ua lub cim qhia tias tib neeg lub cev ntaj ntsug muaj nqes, Huab Tais yuav pub kom ntshiab huv muaj Tswv Ntuj hwj chim.

Tos li Mas Lias muaj Tswv Ntuj hwj chim yog vim nws txais Tswv Ntuj Leej Tub hauv nws lub cev thiab tas nrho nws lub siab. Tus neeg ntseeg yuav yoog Mas Lias saib ntsoov nws lub cev muaj nqes thiab txuag zias ua Tswv Ntuj lub chaw ntshiab kom txog hnub tsim dheev sawv ciaj sia.

Yog ib lub cim qhia tias peb leej tib neeg lub neej yuav taug Mas Lias txoj kab nce mus lawm qaum ntuj.

Vaj Qhia Zam Paj Lug 2 (Jean Paul 2) Audience 9 juillet 1997



Catéchèse de Jean Paul II

1. La tradition constante et unanime de l'Église met en évidence combien l'Assomption de Marie rentre dans le dessein divin et est enracinée dans la participation singulière de Marie à la mission de son Fils.

Saint Germain de Constantinople (mort en 733) met ces paroles dans la bouche de Jésus qui s'apprête à conduire sa Mère au ciel: «Il faut que là où je suis, tu y sois aussi, Mère inséparable de ton Fils »[1].
On peut donc affirmer que la maternité divine, qui a fait du corps de Marie la résidence immaculée du Seigneur, fonde son destin glorieux.

 2. Dans un texte riche de poésie, saint Germain soutient que c'est l'affection que Jésus porte à sa Mère qui exige que Marie rejoigne au ciel son divin Fils:
«Comme un enfant recherche et dé-sire la présence de sa mère, et comme une mère aime vivre en compagnie de son fils, il en est de même pour toi; l'amour que tu portes à ton Fils et Dieu ne fait pas de doute, et il convenait que tu retournes vers lui. Et ne convenait-il pas que, de toute façon, ce Dieu qui a éprouvé pour toi un amour vraiment filial, te prenne en sa compagnie? »[3]
En rappelant dans la Constitution dogmatique sur l'Église le mystère de l'Assomption, le Concile Vatican II attire l'attention sur le privilège de l'Immaculée Conception. Précisément parce qu'«elle fut préservée de toute tache due au péché originel » (LG 59), Marie ne pouvait pas demeurer comme les autres hommes dans un état de mort jusqu'à la fin du monde. L'absence de péché originel et sa sainteté parfaite dès le premier instant de son existence exigeaient pour la Mère de Dieu la pleine glorification de son âme et de son corps. 

5. Aussi succinctes soient-elles, ces notations nous permettent de mettre en lumière que l'Assomption de Marie révèle la noblesse et la dignité du corps humain.
Devant les profanations et l'avilissement auxquels la société moderne soumet souvent, en particulier, le corps de la femme, le mystère de l'Assomption proclame le destin surnaturel et la dignité de tout corps humain, appelé par le Seigneur à devenir un instrument de sainteté et à participer à sa gloire.
Marie est entrée dans la gloire parce qu'elle a accueilli dans son sein virginal et dans son cœur le Fils de Dieu. En la regardant, le chrétien apprend à découvrir la valeur de son propre corps et à le garder comme un temple de Dieu, dans l'attente de la résurrection.
L'Assomption, privilège accordé à la Mère de Dieu, constitue ainsi une immense valeur pour la vie et le destin de l'humanité. 

Jean Paul II, Audience du 9 juillet 1997

0 commentaires: